Le chagrin d’amour, ce fameux sentiment qui nous fait revenir à nos souvenirs des premières fois. Cette première fois où l’on se sent rejeté, après avoir donné tant d’efforts pour quelqu’un. Ce passage obligatoire qui fait mal mais qui, malgré tout, nous fait évoluer et grandir. Le chagrin d’amour a la « magie » d’être toujours ressenti comme une première fois et, comme une musique mélancolique qui nous fait du bien, nous permet de nous recentrer sur nous et de passer à autre chose.

 

1. Bien vivre un chagrin d’amour pour mieux surmonter la douleur

En ce qui me concerne, le chagrin d’amour représente plus qu’une douleur persistante. Comme toute douleur a sa source, je le considère comme quelque chose qui n’arrive pas par hasard et dont on doit en comprendre l’origine. Bien sûr que ce sentiment de rejet fait mal. Personne n’aime être rejeté. Cependant, pour qu’il soit bien vécu, je pense qu’il est important d’en tirer des leçons, de se recentrer sur ce que cela évoque en nous et nous motive à mettre en place pour ne pas refaire les mêmes erreurs.

| Vivre un chagrin d’amour comme une évolution vers une nouvelle aventure positive et plus en accord avec moi-même

Si on part de cette réflexion, on est alors tenté de rentrer dans le piège du « je ferais attention la prochaine fois » ou, « j’ai peur de vivre la même chose », parce qu’à moins d’être devin, on n’en sait vraiment rien. Les événements sont inévitables et indépendants de nous. Nous sommes tels que nous sommes, avec notre personnalité et nos expériences passées. C’est pourquoi, je pense qu’il est important de ne pas devenir notre propre bourreau et se refermer comme une coquille. Il est plus valorisant et constructif de garder à l’esprit que quand on vit un chagrin d’amour, il faut tout d’abord prendre le temps de bien le vivre et surtout, autrement. Comment ? La suite au prochain paragraphe.

 

2. Ré-associer au sentiment de chagrin un réflexe qui nous incite à être notre meilleur ami

Quand on a un mal de tête, notre premier réflexe dans la plupart des cas est de prendre quelque chose qui va soulager cette douleur (un cachet, une huile essentielle…). Ce mal de tête n’est donc pas considéré comme une fatalité, mais bien comme quelque chose de passager.

Pour un chagrin d’amour, je vois exactement le même procédé. On a tendance à associer un chagrin d’amour comme un drame ou la plus grande perte de sa vie. Bien sûr que l’ego en prend un coup. On se demande ce que va penser un tel ou un tel, la famille, les amis. On se fait donc nos propres films et on devient très dur avec soi-même.

| Dès que je sens que je régresse, je pose un « post-it » imaginaire sur cette émotion et je visualise quelque chose qui me fait du bien

Mon approche est que si on s’éduque à vivre autrement cette douleur qu’est le chagrin d’amour, en lui associant un réflexe positif, on s’auto-discipline à rebondir pour aller mieux. Dans mon accompagnement en coaching, je fais l’exercice avec les personnes que je coach, de leur faire penser à une situation où elles se sont sentis heureuses, appréciées et aimées, sans avoir eu besoin de personne. Je fais cette exercice de visualisation pour leur permettre d’acquérir une réflexion d’auto-défense face au chagrin d’amour. A chaque fois que l’on replongera dans une tristesse ou solitude profonde, on aura le réflexe de repenser à ce sentiment positif qui nous fait sentir que tout était possible, même seul, dans l’instant présent.

 

3. Se libérer des dépendances de son histoire passée sans culpabiliser

La vie à deux développe forcément une certaine dépendance. Celle-ci peut-être surmontée rapidement. Quand on a pris des habitudes de partir en vacances ensemble, d’aller au supermarché voire même en promenade ensemble. Quand tout s’arrête… La sensation ressentie après la séparation reste un grand vide. Et oui, il faut reprendre de nouvelles habitudes et du temps pour s’y faire. Il n’y a d’ailleurs pas de meilleur remède.

Par contre, il y a une dépendance qui fait plus de dégât, celle qu’on nomme la « dépendance affective », la plus nocive. Celle qui nous fait constater qu’on a fait de l’autre sa seule raison de vivre. Non pas que ce ne soit pas romantique, c’est beau quand on le ressent et qu’on le déclare à quelqu’un. Cependant, je cible tout particulièrement ce sentiment de culpabilité qui émerge vers la fin d’une histoire amoureuse ou suite à une séparation.

| Je fais les choses pour moi, je n’ai pas besoin de l’approbation de quelqu’un. Je n’oublie pas de prendre du temps pour moi.

Ce sentiment qui nous fait croire qu’être de nouveau heureux avec une autre personne serait une trahison, vis-à-vis de son ex ou encore de ses engagements pris autrefois. La remise en question est plus difficile voir tenace. Et pourtant, cette histoire et toutes ses promesses sont belles et bien de l’histoire ancienne. Vous n’étiez pas la même personne qu’aujourd’hui et vous ne serez pas la même demain. On est, de toute manière, amené à évoluer tout au long de notre vie, en fonction de ce que l’on expérimente.

La dépendance affective peut également se manifester au début et au cours d’une relation. C’est cette sensation de se donner corps et âme pour cette personne qui nous attire tant, jusqu’à s’oublier complètement. L’équilibre du « donner et recevoir » est rompue et s’arrête tout simplement à « donner et donner encore plus » jusqu’à ne plus avoir assez d’énergie pour soi. La relation est donc en péril, la rupture imminente ou remise en question.

4. Tomber dans le piège de remplacer une dépendance par une autre

Alors, on peut être amené à vouloir remplacer une dépendance par une autre. On peut être tenté d’essayer de revivre la même histoire avec une autre personne, plus ou moins similaire à son ex, et se forcer à l’oublier d’une manière très violente. Malheureusement, ce n’est pas très sain pour votre équilibre intérieur. Ce serait même faire du mal à l’autre. Personne ne mérite un tel fardeau et surtout le vôtre. Ce dont vous y gagnerez probablement, c’est le risque de voir se répéter les mêmes schémas négatifs. Vous risquez de revivre encore et encore les mêmes souffrances jusqu’à ce que vous compreniez et acceptiez la vraie raison légitime de la rupture.

| Je me lance dans une nouvelle relation qu’à condition de savoir si je peux encore faire la part des choses entre ce que je veux et ce que je ne veux plus.

A mon humble avis et pour l’avoir constaté auprès des personnes que j’accompagne, le plus constructif est encore de passer à autre chose en acceptant de vivre d’autres expériences en accord avec ses valeurs. L’expérience nous construit dans le fait qu’on s’implique dans une nouvelle aventure, qu’on développe de nouvelles pensées, ce qui fortifie notre vision de l’amour, du couple. J’ai envie de dire, qui « gamifie » même notre aventure à la recherche de l’amour. Considérer la phase de séduction comme un jeu permet de prendre de la hauteur, de se recentrer sur soi afin de prendre les bonnes décisions, celles qui nous paraissent les plus justes, par rapport à ce que l’on a envie de vivre sur le moment. Le reste de la relation, c’est l’instant présent qui s’en chargera.

A vous de voir par où commencer. Qu’est-ce qui vous ferait plaisir, là maintenant. Vous pouvez vous donner le challenge d’expérimenter une autre histoire avec une personne, en l’acceptant dans son intégrité bien sûr, si vous vous sentez capable. Ou encore, de vous lancer un défi personnel qui active ce qui vous manque le plus au delà d’une relation : votre propre liberté de penser, d’agir à votre convenance.

5. Se sentir obligé de faire des concessions pour le bien de quelqu’un

Stop ! Arrêtez de vous mentir ou de vous raconter des histoires. J’entends déjà votre petite voie intérieure qui vous dit de ne pas tenter telle ou telle chose, au nom de vos enfants si vous en avez, ou pour votre travail qui vous prend du temps, etc…

| Si je prends une décision, je sais qu’elle doit être réfléchi en fonction de ce qui me paraît le plus juste pour moi. Je ne réfléchis pas en fonction et pour le compte de quelqu’un d’autre.

La ou les personnes dont vous êtes ou vous vous sentez responsable, c’est autre chose. Si ce sont vos enfants, vous êtes leurs parents donc tenter quelque chose de nouveau ne changera pas votre vos sentiments vis-à-vis d’eux. Si ce sont vos amis, des proches, votre vie n’est pas entre leurs mains non plus. Vous êtes encore libre d’être vous-même. Travaillez l’assurance en vous pour surmonter votre peur du regard des autres, du jugement, sur votre propre vie. Vous avez encore le choix du type d’expérience que vous souhaitez vivre. C’est en restant vous-même qu’on vous appréciera pour ce que vous êtes, qu’on vous suivra ou qu’on prendra en exemple.

De plus, vos décisions n’impactent en rien le quotidien ou la vie des autres. Si c’est le cas (les enfants par exemple), tout n’est alors question que d’organisation et de communication. Personne ne vous en voudra de vouloir être vous-même et ceux qui ne sont pas capables de vous suivre ne partagent simplement pas les mêmes valeurs que vous. Acceptez qu’être vous même, c’est reconnaître que tout le monde est différent. Posez-vous la question de savoir si leurs avis comptent à ce point pour vous et dans quel mesure vous pouvez arranger les choses, tout simplement. Ne mettez pas en péril votre bonheur. Restez authentique et intègre avec vous-même et avec les personnes qui vous tiennent à cœur.

6. Arrêter de faire des conclusions hâtives sur ce que vous méritez ou pas

Oui, parce que vous méritez tout, à condition de vraiment le vouloir. Je dis toujours que c’est celui qui a le plus de conviction qui gagne toujours. Pourquoi ? Parce qu’il est tout simplement plus sûr de lui et qu’il va se conditionner à réussir. Si vous êtes convaincus que vous ne pouvez que réussir, alors c’est déjà gagné d’avance. Vous êtes prêt à franchir les obstacles, sans avoir à faire des efforts pour quelqu’un d’autre, seulement pour vous.

| Ce que je mérite ou pas… Peu importe. C’est ce que je décide de faire aujourd’hui pour évoluer qui importe le plus.

Arrêtez le réflexe des conclusions hâtives. N’utilisez pas les mots contre vous. Se décourager encourage à être découragé. Se motiver encourage à se dépasser, peu importe les résultats. Et cela est valable dans tous les domaines de vie (professionnel, familial, amical…).

Partez sur la base que tout est possible et qu’il suffit de trouver votre propre voie. Peu importe ce qui se passera, vous vous ferez confiance pour toujours vous relever. En amour, trouvez la personne qui saura vous apprécier tel que vous êtes et surtout qui aura à cœur de construire quelque chose de solide avec vous. Protégez-vous en n’oubliant pas de revenir souvent à vous, à ce que vous ressentez, vos émotions. Posez-vous la question de savoir si ce que vous vivez actuellement vous satisfait, vous comble. Ne vous perdez pas à vous sur-adapter à l’autre, soyez dans le partage.

Ajustez, vivez !

Pour finir sur un belle évolution de pensée :

Si un jour, vous vous sentez dépassé, vous bloquez sur une croyance limitante pour trouver l’amour ou simplement mieux vous aimer tel que vous êtes, je peux vous accompagner pour y voir plus clair et vous soutenir pour surmonter tous vos blocages et toutes vos peurs.

Faites ce premier pas pour votre nouveau départ en amour.

Retrouvez d’autres articles sur le Blog de lovetopdepart.com.
Partagez cette article si vous pensez que ça pourrait aider quelqu’un.
Avec tout mon amour,

#peinedecoeur #trouverlamour #couple #célibataire #oservivre #solitude #love #timidité

Love ღ Top Départ, c’est s’affirmer, sortir de la solitude et faire le premier pas.

Si tu rencontres actuellement des difficultés dans ces 3 voies, je t’invite à venir m’en parler ouvertement si le cœur t’en dit. La première séance est toujours offerte. On voit ensuite ensemble comment faire pour avancer.

Je te souhaite beaucoup de force, du courage et de l’Amour dans tout ce que tu vis. Ciao ! 😄 

A propos de l'auteur

Dominique - Coach en Amour & Relation
J'accompagne les personnes dans leur volonté de trouver l'amour. Sensible aux questions liées à l'affirmation de soi et à l'amour, je partage ma vision et mon expérience sur ces différents sujets à travers le coaching et le blogging.

Laisser un commentaire